Maxime RADUREAU, bientôt pro…

Maxime RADUREAU, joueur n°1 du Golf RégionalMaxime Radureau se prépare à disputer son 3ème Open du Haut-Poitou.

A bientôt 21 ans, dont sept passés sur le green, Maxime Radureau fait partie des espoirs du golf français. Les 20, 21 et 22 septembre, le jeune sportif se frottera à une centaine de professionnels et amateurs de talent à l’occasion du XIe Open International de Golf du Haut-Poitou. Un magnifique challenge pour cet enfant du pays qui rêve de gagner sa place chez les pros. Rencontre.

Vous êtes sorti de l’école de golf il y a deux ans, comment évolue votre jeune carrière ?
J’ai découvert le golf à 13 ans et j’ai progressé à l’école du Golf du Haut-Poitou jusqu’à 18 ans. Je m’entraîne désormais avec Xavier Lazurowicz, je suis 20e Français du niveau amateur et je vise une place chez les professionnels d’ici un an ou deux. Au mois d’août, j’ai remporté le Grand Prix de Cognac et le Grand Prix du Pau Golf Club, c’est encourageant bien-sûr mais je ne suis pas le meilleur. Le Poitou-Charentes compte quelques bons joueurs, ce qui crée une émulation intéressante. Je peux vous citer Ugo Coussaud, par exemple, qui a décroché une quatrième place l’an dernier lors de l’Open du Haut-Poitou.

Vous allez disputer votre troisième Open du Haut-Poitou, quels sont vos objectifs dans ce tournoi ?
J’ai participé au tournoi lors des deux éditions précédentes mais je n’ai pas réussi à passer le Cut. Le parcours est plutôt technique, surtout le neuvième trou que je trouve particulièrement difficile. Cette année, je vais tout faire pour disputer la dernière journée de l’Open. Ma motivation est double : gagner des points pour le Mérite national et avoir la satisfaction de réaliser une belle performance à domicile. Le grand jeu, le driving, c’est mon point fort, en revanche je dois améliorer mon putting.

Quelles sont, selon vous, les raisons du succès de l’Open du Haut-Poitou ces dernières années ?
Au Golf du Haut-Poitou, le parcours est intéressant entre les trous boisés et ceux entourés d’eau. En le disputant, nous savons que nous allons être confrontés à de bons joueurs Français et étrangers. Or au golf pour progresser, il faut enchaîner de gros tournois en faisant preuve de régularité. Les bons joueurs viennent s’ils savent qu’ils seront confrontés à des concurrents du même niveau. Il ne faut pas oublier non plus les très nombreux bénévoles du club qui se dévouent pour organiser une compétition sympa et le public qui se mobilise.

Haut de page